bebe maman sein
6-12 mois

Share this news

Lactoferrine : pilier du système immunitaire de bébé

Le lait maternel contient de nombreuses substances contribuant au bon développement et à l’immunité des bébés. Parmi elles, se trouve la lactoferrine, une protéine aux bienfaits notables. Quels sont ses effets ? Comment contribue-t-elle au bon développement du système immunitaire de l’enfant ? Décryptage.  

Qu’est-ce que la lactoferrine ?

La lactoferrine est une protéine du lait maternel. Elle est également présente, mais en plus faibles quantités, dans la salive, les larmes, les globules blancs polynucléaires, ainsi que dans des laits d’autres espèces animales (vache, chèvre…).

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) recommande aux parents un allaitement exclusif des enfants jusqu’à 6 mois, puis de poursuivre l’allaitement en complément d’une alimentation diversifiée. L’occasion pour votre nourrisson de profiter des meilleurs éléments possibles [voir notre article : Les bienfaits du lait maternel pour votre bébé] et tout particulièrement de la lactoferrine. Cette protéine a notamment pour rôle de renforcer l’immunité des bébés [¹, ²].


 

Quelle quantité de lactoferrine produit le lait maternel ? 


Le lait maternel mature contient en moyenne 1 à 2 grammes de lactoferrine par litre. Le colostrum, qui est le premier lait produit par la maman, est très riche en lactoferrine : il en contient 7 grammes par litre !

Pour en apprendre plus sur la composition du lait maternel, nous vous invitons à lire notre article « Le lait maternel : tout savoir sur sa composition »

Comment la lactoferrine renforce-t-elle l’immunité de votre bébé ?

En agissant à différents niveaux, la lactoferrine facilite une immunité et une croissance optimales du nourrisson. Tour d’horizon des multiples bénéfices apportés. 

Diminution des risques infectieux

Antibactérienne, antivirale, antifongique ou encore antiparasitaire[5], la lactoferrine agit sur l’immunité du tout-petit. 


- La lactoferrine agit contre les bactéries pathogènes : elle limite leur multiplication en les privant de fer, et elle les détruit en s’attaquant à leur membrane. Cette action bénéfique dans la prévention des infections a été démontrée dans plusieurs études[3] chez des nourrissons : infections néo-natales, infections respiratoires, diarrhées, etc. Elle permet de limiter le risque d’entérocolite nécrosante, une infection intestinale grave chez le nouveau-né de petit poids.


- La lactoferrine peut protéger l’enfant contre les virus[4] 

 : hépatite, herpès,  cytomégalovirus (CMV), virus respiratoire syncytial (VRS), Rotavirus. 


- La lactoferrine a une action antiparasitaire[5] en particulier contre la Giardia, l’amibe Entamoeba histolytica, le Toxoplasme gondii, etc.


- La lactoferrine est un puissant modulateur de la réponse inflammatoire[6], ce qui participe à la protection de l’organisme des agressions d’agents pathogènes.

Meilleure absorption du fer

Pour lutter contre les infections et pour garantir le bon développement de son cerveau, votre nourrisson a besoin de fer. Si la concentration de ce métal peut paraître faible dans le colostrum ou dans le lait maternel mature, il est particulièrement bien absorbé grâce à la présence d’une quantité élevée de lactoferrine. 

Protection du microbiote intestinal 

La lactoferrine est active dans la croissance et la maturation intestinale du tout-petit et participe au bon équilibre de son microbiote. Le microbiote intestinal de votre bébé est constitué d’une multitude de « bonnes » bactéries qui l’aident à digérer les aliments et renforcent ses fonctions métaboliques et immunitaires. En bref, il participe activement au maintien de la bonne santé des enfants allaités ! 


 

Lactoferrine et lait infantile sont-ils compatibles ?
 

De la lactoferrine d’origine bovine est en effet ajoutée dans certaines denrées alimentaires et il est important de noter que l’ajout de lactoferrine dans l’alimentation n’a jamais entraîné d’effets secondaires ou délétères. 
 

La lactoferrine est une protéine fragile, qui est dénaturée et donc rendue inactive par la chaleur. Les laits de vache ou de chèvre utilisés pour la fabrication des laits infantiles contiennent de la lactoferrine en petite quantité, mais elle est rendue inactive par les procédés de fabrication de ces laits, notamment lors de la pasteurisation. Pour permettre aux enfants nourris au biberon de bénéficier de la lactoferrine, elle doit être ajoutée sous sa forme active dans le lait infantile. 

 

Le lait maternel apporte de nombreux éléments qui ont pour effet de contribuer à la bonne nutrition et santé des nourrissons. La lactoferrine fait partie de ces protéines précieuses. Au programme ? Un système immunitaire solide pour une santé de fer. C’est pourquoi l’allaitement maternel doit être encouragé.

 

 

Sources : 

[1] Bocquet A, La lactoferrine, une protéine fascinante aux actions bénéfiques multiples, Le pédiatre n° 290-2019-1 pages 15-28.

[2] Manzoni P, Considérations sur le rôle de la lactoferrine bovine, Le pédiatre N°294-2019-5 : pages 27 – 30.

[3] Pammi M, Suresh G. Cochrane Database of Systematic Reviews. Enteral lactoferrin supplementation for prevention of sepsis and necrotizing enterocolitis in preterm infants (Review) 2017 The Cochrane Collaboration, Published by John Wiley & Sons, Ltd.

[4] Pierce A, Legrand D, MazurierJ. Lalactoferrine: une protéine multifonctionnelle, Medecine/Sciences 2009;25:361-9.
[5] Story « anti-parasitaire » -> OCHOA TJ et aI. Impact of lactoferrin Supplementation on Growth and Prevalence of Gardia Colonization in children. Clin infect Dis, 2008;46:1881-1883.

[6] Story « anti-inflammatoire » -> Pierce A, 2009, La lactoferrine : une protéine multifonctionnelle. Medecine/Sciences;25:361-9.

Inserm, Microbiote intestinal (flore intestinale), https://www.inserm.fr/information-en-sante/dossiers-information/microbiote-intestinal-flore-intestinale 

Mpedia, La lactoferrine : une protéine importante dans le lait maternel, mais absente de la quasi-totalité des laits infantiles en France, https://www.mpedia.fr/art-lactoferrine/ 

Robert Root-Bernstein, Age and Location in Severity of COVID-19 Pathology: Do Lactoferrin and Pneumococcal Vaccination Explain Low Infant Mortality and Regional Differences?, BioEssays 2020, 2000076. DOI: 10.1002/bies.202000076.

En savoir plus