Allergie alimentaire : votre bébé est-il APLV ?
0-6 mois

Share this news

Allergie alimentaire : votre bébé est-il APLV ?

L’allergie aux protéines de lait de vache (APLV) [Qu’est-ce que l’APLV] est l’allergie alimentaire la plus répandue chez les nourrissons et les jeunes enfants. Elle se manifeste généralement dès le plus jeune âge, au cours des premiers mois de vie des nourrissons. Il n’est pas toujours facile d’établir un diagnostic rapidement car les symptômes sont très variés et ne sont pas spécifiques à l’APLV. [Diagnostiquer et traiter l'APLV de bébé]. 

 

Comment vous, parents, pouvez-vous détecter cette pathologie d’origine alimentaire ? Quels sont les signaux qui doivent vous alerter ? Zoom sur les symptômes de l’APLV.
 

Il existe deux types d’allergies aux protéines du lait de vache, l’« APLV IgE-médiée », et l’« APLV non IgE-médiée ». Si le premier peut persister en grandissant (environ 20% des cas), le second évoluera toujours favorablement, assez rapidement.

 

Votre enfant fait-il une APLV IgE médiée ?

L’APLV IgE médiée est la moins courante des allergies aux protéines de lait de vache chez les enfants. La réaction allergique est due à la production d’anticorps dits « IgE » qui entrent en conflit avec les protéines du lait de vache (PLV) ingérées par le tout-petit. Voici quelques clés pour vous aider à l’identifier. 

Les symptômes de l’APLV IgE médiée

Les symptômes liés à cette allergie varient d’un cas à un autre. Ils prennent généralement la forme de manifestations aigües, parfois graves chez les bébés. Il est possible que votre tout-petit soit APLV s’il présente une ou plusieurs de ces réactions : 


- Réaction cutanée : démangeaisons, rougeurs de la peau, urticaire, angio-œdème (gonflement),
 

- Réaction digestive : angio-œdème de la bouche, nausées, vomissements en jet, fortes douleurs abdominales, diarrhée aiguë,
 

- Réaction respiratoire : rhinite, bronchospasme (contraction des bronches), asthme, conjonctivite, 
 

- Autres : malaise, perte de connaissance, baisse de tension, choc anaphylactique.

 

L’apparition des symptômes de l’APLV IgE médiée

L’apparition des symptômes est généralement rapide chez l’enfant : quelques minutes à 2 heures après l’absorption de protéines du lait de vache. 


 

Les enfants APLV IgE médiée peuvent-ils devenir tolérants ?


Si certains parents peuvent être inquiets quant à la santé de leur nourrisson, qu’ils se rassurent. D’ordinaire, la tolérance apparait naturellement au cours de ses premières années de vie. 

Cependant dans 20% des cas environ, l’APLV IgE médiée persiste jusqu’à 6 ans. Si tel est le cas pour votre bébé, son pédiatre vous indiquera la bonne marche à suivre, selon son âge, et son régime alimentaire.

Le diagnostic de l’APLV IgE médiée

En cas de suspicion d’APLV, le médecin est amené à procéder aux tests suivants afin de confirmer le diagnostic : 
 

- Le test cutané dit « Prick test »

Une goutte du lait habituellement bu par le bébé est disposée sur son bras. Une petite piqûre est ensuite réalisée au travers. En cas d’APLV IgE médiée, une papule (réaction de gonflement local) survient rapidement.  
 

- Le test sanguin dit « Rast plv »

Le dosage des anticorps IgE anti-lait normalement présents lors d’une APLV IgE-médiée avérée est ici réalisé grâce à une petite quantité de sang prélevé. Si le test révèle la présence de ces anticorps, l’enfant est dit « sensibilisé aux PLV ». Attention, cette information ne signifie pas obligatoirement qu’il est allergique. 
 

- Le test oral dit « Test de provocation orale (TPO) »

Après un régime d’éviction des protéines du lait de vache faisant disparaître les symptômes, on donne un peu de lait à l’enfant, et on vérifie si les symptômes d’APLV réapparaissent ou non. Ce test est rarement réalisé car il peut s’avérer dangereux pour le tout-petit. Rassurez-vous, sa pratique est encadrée et effectuée par des professionnels, en milieu hospitalier. 


Pour que l’APLV IgE-médiée soit reconnue, l’ingestion de protéines de lait de vache doit provoquer l’apparition de symptômes dans de courts délais. En cas d’examens biologiques positifs mais en l’absence de symptômes, on parle d’une sensibilisation aux PLV, et non d’une allergie. 


Si votre enfant présente des symptômes pouvant correspondre à une APLV rapprochez-vous d’un.e professionnel.le de santé sans plus attendre, pour établir un diagnostic. Lui seul est à même d’indiquer comment prendre en charge les nourrissons en proie à des réactions allergiques. 

Votre enfant fait-il une APLV non-IgE médiée ?

L’APLV non-igE touche la majorité des enfants souffrant d’APLV. Au cours de ce type de réaction allergique, il n’y a pas d’anticorps IgE produits. Ce sont alors les cellules du système immunitaire de l’enfant qui entrent en jeu, ces dernières s’alliant pour éliminer les protéines du lait de vache. Différents éléments vous permettent à vous, parents, de l’évoquer, mais le diagnostic est plus difficile à poser qu’en cas d’APLV IgE-médiée.

Les symptômes de l’APLV non-IgE médiée

Les symptômes de ce type d’allergie sont généralement chroniques. Si votre enfant présente une ou plusieurs de ces réactions, il est possible qu’il ait développé une telle allergie : 
 

- Réaction cutanée : démangeaisons, rougeurs de la peau, eczéma,
 

- Réaction digestive : reflux gastro-œsophagien (RGO), coliques, difficultés à s’alimenter, douleurs abdominales, diarrhée chronique, présence de sang et de glaires dans les selles, constipation, anite (inflammation de la région anale), fissures anales,
 

- Réaction respiratoire : toux chronique,
 

- Autres : anémie (manque de globules rouges), carence martiale (manque de fer), mauvaise prise de poids, sommeil perturbé.

L’apparition des symptômes de l’APLV non-IgE médiée

L’apparition des symptômes est décalée de quelques heures à quelques jours par rapport à la consommation de lait ou d’un aliment en contenant (ou son introduction, pendant la phase de diversification alimentaire du bébé). Ainsi le lien entre les symptômes et la consommation de lait est parfois difficile à établir.

 

Les enfants APLV non-IgE médiée peuvent-ils devenir tolérants ? 


Bonne nouvelle ! La guérison de cette allergie au lait de vache survient dans 100% des cas ! Cette acquisition de tolérance est généralement rapide, si bien qu’elle peut se produire dans la première année de vie du bébé, généralement entre 9 et 12 mois.

Le diagnostic de l’APLV IgE médiée 

Différents tests permettent de détecter ce type d’APLV : 
 

- La négativité des tests « Prick-test » et « Rast plv »
 

- L’utilisation d’un « patch-test » : une petite cupule d’aluminium remplie de lait est placée sur la peau de l’enfant. Gardée pendant 48h, elle est comparée à un patch-test témoin qui attestera ou non de l’allergie. Cette technique est rarement utilisée et sa fiabilité est discutée. 

 

Il peut parfois être délicat de savoir si l’enfant est APLV non-IgE médiée, aucun examen laboratoire ne permettant de le déterminer. De plus, l’apparition tardive des symptômes rend difficile le diagnostic. Pour éliminer tout doute, il est recommandé de faire un test d’éviction totale des PLV durant 4 semaines et de constater la disparition des signes. Si les symptômes se manifestent de nouveau après la réintroduction des PLV, l’enfant présente une APLV non-IgE médiée.

 

 

Si certains symptômes de l’APLV peuvent paraitre particulièrement impressionnants, rassurez-vous, l’allergie n’est pas éternelle chez le tout-petit. En attendant, son médecin pourra lui fournir un traitement particulier selon son profil et le diagnostic établi (alimentation adaptée pour la maman et le bébé nourri au lait maternel [APLV et allaitement], lait infantile spécifique pour le bébé nourri au biberon, régime d’éviction des aliments contenant des protéines de lait, et ce notamment pendant la période de diversification alimentaire [Diversification alimentaire et APLV chez l'enfant]. Une fois le bébé guéri, l’introduction des produits laitiers dans l’alimentation du nourrisson pourra à nouveau reprendre. [La réintroduction des produits laitiers après une APLV]

 

 

Sources :

Fiocchi A, Schunemann H. WAO Special Committee on Food Allergy. Diagnosis and Rationale for Action against Cow’s Milk Allergy. The DRACMA guideline. WAO Journal 2010; S1 (April), 1-105

C.Dupont, J-P Chouraqui, D de Boissieu, et al. Comité de nutrition SFP. Prise en charge diététique de l’allergie aux protéines du lait de vache. Arch Pediatr 2011;18:79-94

Vandenplas Y, Marchand J, Meyns L. Symptoms, Diagnosis, and Treatment of Cow’s Milk Allergy. Curr Pediatr Rev. 2015;11(4):293-7.

Dupont, C. ; Chouraqui, J.P. ; Linglart A. et al. Committee on Nutrition of the French Society of Pediatrics. Nutritional management of cow’s milk allergy in chidren: an update. Arch Pediatr, 2018, 25, 236–43.

Bocquet A, Dupont C, Chouraqui JP, et al. Committee on Nutrition of the French Society of Pediatrics (CNSFP). Efficacy and safety of hydrolyzed rice-protein formulas for the treatment of cow’s milk protein allergy. Arch Pediatr. 2019 May;26(4):238-246.

Mpedia, APLV : l’Allergie aux Protéines du Lait de Vache, https://www.mpedia.fr/art-aplv-allergie-proteines-lait-vache/  

En savoir plus